ARBORESCENCE

ARTICLE RECENT

L’EFFECTIVITE DU LANCEMENT DU POINT D’ECHANGE CAMEROUN

Post on 21 décembre 2017
by Super User
in actu

Selon nos sources, l’Etat camerounais a investi près de 1,417 milliard de francs Cfa dans la mise en place de ces deux infrastructures dont l’objectif principal est de réduire les coûts d’accès au service internet dans le pays, en évitant désormais de transiter par des réseaux étrangers.

« La construction des points d’échange Internet permet de faire des économies de devises, mais également d’améliorer la qualité de service, tout en réduisant le temps de latence et le prix payé par l’utilisateur final », explique un expert des télécoms.

Au demeurant, cette petite révolution technologique n’est pas encore ressentie par les utilisateurs de l’internet au Cameroun, pays dans lequel, selon diverses études, le coût et la qualité du service de l’internet demeurent moins compétitifs, comparés à ceux des pays africains ayant le même niveau de développement.

Les points IXP sont des installations techniques où tous les acteurs de l’Internet sont en interconnexion directe, sont des emplacements stratégiques pour l’interconnexion et l’échange de trafic. Ces points d’échange permettent d’échanger du trafic national entre homologues au niveau local, de réduire le nombre de sauts de réseaux lors de l’échange de trafic, d’augmenter le nombre d’options de routage disponibles, d’optimiser l’utilisation de la connectivité Internet internationale, d’améliorer la résilience des réseaux (et possiblement la qualité de service), de réduire les coûts de transmission et, éventuellement, d’augmenter la pénétration et l’utilisation de l’Internet sur le long terme. En outre, les opérateurs et les fournisseurs de services Internet (ISP) bénéficient d’une réduction des coûts de la capacité internationale (en millions de dollars par an). La plupart des décideurs reconnaissent qu’un point IXP est un bien national qui apporte de nombreux avantages.

Selon l’institut de recherche Packet Clearing House, à ce jour, 95 pays ont mis en place des points IXP, alors que 104 pays n’en avaient pas encore en janvier 2013(principalement des pays en développement et des PMA; voir la Figure 1). Les avantages de la création d’un point IXP sont liés au volume de trafic et au coût de la connexion réseau intraIXP (comparativement au coût de la connectivité dans le nuage, en amont), tandis que l’absence de points IXP est liée à la méconnaissance de leurs avantages mutuels, et parfois à l’absence de marchés des télécommunications et de l’Internet ouverts et concurrentiels.

Source : Par BRM pour l’Agence Ecofin //Forum mondial des politiques de télécoms et tic- IUT